Augusto

Augusto

Un produit : l’avocat
Un matériel de cuisson : une poêle
Un plat : risotto de cèpes avec filet de bœuf
Un musique : Connaisseur Recording – Childhood’s End
Une phrase : « cocina con carino » : cuisine avec douceur

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Augusto, une trentaine d’années a la double nationalité chilienne et italienne.

Son parcours : Augusto a travaillé au Chili et en Espagne. Il a travaillé au côté de Martin Berasategui au Pays Basque, triplement étoilé au Michelin. Il dit avoir beaucoup appris dans cette cuisine, mais préférer les cuisines étoilées une fois : plus de responsabilités, moins de pressions et moins de chichis. Aujourd‘hui il est chef de Bendita, à Pucon, au Chili.

Sa brigade : ils sont environs 5 pour une ouverture en continu et 7/7. Un peu juste suivant les jours, il aimerait au moins un cuisiner de plus, mais est confronté au problème du turn-over, qui peut être démentiel dans le secteur de la restauration.
Et en salle : ils sont une petite dizaine.

En tant que chef : Augusto est organisé et efficace. Il met la main à la pâte comme tout le monde, et aime transmettre son savoir. Il est plutôt relax : musique et papotages sont autorisés, si le travail est bien fait.

En tant qu’Augusto : un homme sensible et attentionné. Augusto est généreux et accueillant. Il est bavard et aime rire, d’ailleurs il est plutôt drôle. Augusto est aussi curieux et voyageur.

Ses journées : globalement il travaille tous les jours de onze heures du matin à minuit et demi. Suivant le nombre de clients, il prend une coupure ou non, il s’assoit aux tables où ses amis viennent déjeuner. Et quand il ne travaille pas ? Il se repose, profite du lac, ou prend sa voiture pour faire le tour des villages environnant.

Sa cuisine : chez Bendita elle est essentiellement makis. Ailleurs ou chez lui : il l’aime simple, copieuse et gouteuse. Le moindre détail est cuisiné et il aime travailler la viande et l’accompagner d’un jus de viande mijoté par ses soins.

Sa réputation : elle ne l’intéresse pas trop. Lui ce qu’il aime c’est se faire plaisir : son rêve est de vendre des sandwichs gourmets en Europe et pourquoi pas dans des festivals de musique électronique à Berlin et ailleurs.